Comment reconnaître et traiter les attaques de panique

Les troubles paniques peuvent se manifester par des attaques soudaines et fréquentes. Le problème, c'est qu'après une attaque, on ne retrouve pas la sérénité car on vit longtemps avec la crainte constante d'en subir une nouvelle. Dans la plupart des cas, la première attaque de panique se manifeste comme un éclair, tout à fait inattendu : c'est précisément pour cette raison qu'elle provoque une grande frayeur, au point de rendre nécessaire une course aux urgences. Avec le temps, donc, les attaques de panique sont plus prévisibles

Quels sont les signes et les symptômes des attaques de panique?

Une attaque de panique peut survenir soudainement. Elle se caractérise par une sensation de tachycardie, qui est une forme grave d'anxiété et de peur. Le pic de la peur peut être atteint en un temps très court. La durée totale varie de quelques minutes à, dans certains cas rares, près d'une heure. Chaque cas est unique, mais la durée de chaque cas est toujours différente. La tachycardie et les palpitations sont deux symptômes particuliers des attaques de panique : ceux qui en souffrent ont l'impression de sentir le cœur dans la gorge, sentent la poitrine agitée et ont en général l'impression que les battements sont lourds et irréguliers. Les bouffées de chaleur et les frissons sont également fréquents, de même que la peur de devenir fou ou de perdre le contrôle. D'où la crainte d'embarrasser les autres, de perdre son sang-froid ou de s'enfuir

Comment reconnaître une crise

La liste des symptômes qui peuvent caractériser une attaque de panique est très longue : il peut y avoir un inconfort abdominal accompagné de nausées ou des paresthésies, qui consistent en l'apparition d'une sensation de picotement ou d'engourdissement. L'asphyxie peut être décrite comme une sensation d'oppression ou de nœud dans la gorge. Cependant, il n'est pas rare de ressentir une gêne dans la poitrine ou des vertiges

La sensation de déréalisation

Les personnes qui ont subi des attaques de panique se sentent souvent déréalisées. Parfois, le monde extérieur est perçu comme étrange et irréel, ce qui entraîne des sentiments de déconnexion et des vertiges. La dépersonnalisation, quant à elle, correspond à une perception altérée de soi, avec un sentiment d'étrangeté ou de détachement du corps ou de la pensée

Combien de temps durent les symptômes

Il n'est pas nécessaire que les attaques de panique se produisent simultanément pour être décrites comme une attaque de panique. Tant leur gravité que leur fréquence peuvent changer de manière significative en fonction de la situation et avec le passage du temps. Par exemple, les attaques de panique peuvent se répéter pendant des mois dans certains cas, mais elles sont moins fréquentes dans d'autres

La psychothérapie du Dr Michele Canil

Les patients de Trévise qui ont besoin d'un psychologue pour les aider avec les attaques de panique peuvent se tourner vers le Dr Michele Canil. Elle travaille également à Vittorio Veneto ou à Conegliano. Son engagement personnel consiste à travailler avec les patients dans un esprit de collaboration, en accordant une attention particulière à leurs besoins individuels. Le Dr Canil est spécialisée dans le traitement des attaques de panique ainsi que des troubles psychosomatiques, des états dépressifs et des troubles psychosomatiques

Comment traiter les attaques de panique

La thérapie cognitivo-comportementale est ce que la recherche scientifique a identifié comme la forme de psychothérapie qui garantit la plus grande probabilité de succès dans le cas d'un trouble d'attaque de panique. C'est une psychothérapie qui ne dure pas trop longtemps et qui prévoit généralement une séance par semaine, avec le patient qui est appelé à intervenir de manière active pour résoudre son malaise. Il est important d'arrêter le trouble

Techniques cognitives

La psychothérapie consiste à utiliser des techniques cognitives et plus particulièrement des stratégies verbales pour transformer les pensées catastrophiques. Le patient va apprendre qu'il n'a pas à craindre les sensations physiques. Au fur et à mesure que la peur diminue, il devient plus facile d'accepter leur existence. Ensuite, les techniques comportementales prennent le relais, par lesquelles on essaie de combattre le désir de se tenir à l'écart des situations dont on a peur.